13 juillet 2017

Timothée Adolphe, champion d’Europe d’athlétisme, et non-voyant

Nous sommes allés à la rencontre de Timothée Adolphe, à l’occasion de sa participation à l’Open Handisport de Paris 2017 les 30 et 31 mai dernier. L’événement se déroulait au Stade Charlety dans […]

Nous sommes allés à la rencontre de Timothée Adolphe, à l’occasion de sa participation à l’Open Handisport de Paris 2017 les 30 et 31 mai dernier. L’événement se déroulait au Stade Charlety dans le sud de Paris, nous avons réalisé l’interview de Timothée juste après sa victoire en finale du 100m. Bravo ! Aujourd’hui, et jusqu’au 23 Juillet 2017, Timothée représente la France lors des championnats du monde, nous lui souhaitons le meilleur !  

 

 

Portrait : Timothée Adolphe

Surnom : le Guépard Blanc

Âge : 27 ans

Records : record d’Europe sur 60m, 200m et 400m

Spécialité : le 400m

Palmarès :

– 17 médailles d’Or, 5 médailles d’argent, 3 médailles de Bronze lors des championnats de France entre 2011 et 2016

– Médaille d’Or sur 200m et 400m aux championnats d’Europe de 2014 à Swansea (G.B)

– Médaille d’Or sur 100m et 200m aux championnats d’Europe de 2016 à Grossetto (Italie)

 

 

Synopsis ?

L’équipe PANDA Guide part à la rencontre de personnes inspirantes, des personnes déficientes visuelles, aveugles, mais pas toujours, surtout des personnes qui accomplissent de grandes choses, et font changer le regard de la société sur la déficience visuelle, en France et à travers le monde…

 

 

Interview

 

Quel est ta profession ?

Je suis athlète paralympique, et je suis également salarié chez MKTG Keneo. Je suis assistant administratif et je fais du consulting sur la mission Handicap en entreprise. On fait de l’événementiel sportif, c’est eux qui ont organisé par exemple le mondial 2017 de Hand. 

 

Qu’est-ce qui te motive le matin ?

Aller chercher l’or, de repousser les limites humaines.

 

Ton chanteur préféré ?

J’écoute Keny Arkana, j’écoute du Hip Hop, du Raggae, Ragga, Disiz la Peste. Je n’aime pas du tout la nouvelle génération. Je trouve que le Hip Hop, la base, c’est transmettre un message. C’est le flow, c’est la technique, c’est le lyrics, et aujourd’hui on est sur des mecs qui envoient des trucs bourrés d’effet. Je n’accroche pas.

 

Une citation qui te définisse ?

« Ne rêve pas ta vie, vis tes rêves »

« Ne rêve pas ta vie, vis tes rêves »

 

Raconte nous tes dernières vacances ?

Ça remonte a loin, les 2 dernières fois, j’ai du me faire opérer, j’étais en rééducation. Mes dernières vacances remontent donc à 2014 et je suis allé dans le Sud-Ouest de la France. J’aimerai bien aujourd’hui aller à la Réunion, une destination au soleil histoire de me faire un petit peu kiffer.

 

Tu es plutôt Batman ou Superman ?

Superman, parce que je veux voler.

 

Raconte nous une anecdote marquante ?

J’aurais tendance à revenir sur les jeux où l’or semblait largement à ma portée, je faisais clairement partie des favoris au titre, et au final, même pas une finale. On dit souvent que le sport de haut niveau, c’est le détail, et aussi parfois un facteur chance. Je me blesse en demi-finale du 100m, malgré tout je vais au bout, et si on fait une superbe remontée avec Jeffrey John, c’est l’élimination au millième, 6 jours plus tard, on gagne notre demi également sur 400m, en battant le champion et recordman du monde, qui en plus est brésilien, chez lui, à domicile ! Mais non, encore une fois ça ne sourit pas… on me disqualifie. Mon guide m’a fait touché la ligne intérieure de mon couloir. Tout ça pour dire que le travail paye, mais pas toujours au moment où on s’y attend et surtout au moment où on le voudrait. Malgré l’énorme déception et désillusion, cette aventure douloureuse m’a permis de prendre confiance, désormais je sais que si je suis en bonne santé et si j’ai le guide qu’il faut, je peux aller au bout. Il n’y a pas un seul mec sur le circuit qu’on ne peut pas battre.

Malgré l’énorme déception et désillusion, cette aventure douloureuse m’a permis de prendre confiance, désormais je sais que si je suis en bonne santé et si j’ai le guide qu’il faut, je peux aller au bout.

 

Quels sont tes prochains objectifs (Perso ou pro ou sportifs) ?

C’est le championnat du monde, on vient de se qualifier ! Mais si je vise maintenant à très long terme, c’est les jeux de Tokyo. Mais je dois faire attention à ne pas brûler les étapes, il y a d’autres échéances importantes au mois de Juillet à Londres par exemple.

 

Tu fais quoi le week-end ?

Le week-end c’est la récupération, c’est la famille, c’est les balades, je profite de mon chien-guide. C’est un Golden croisé Berger allemand. Il s’appelle Jappeloup ! Si avec un nom de cheval champion olympique 🙂 on n’a pas été médaillé d’or aux jeux à Rio, je ne comprend pas (rires) ! Mais Jappeloup a loupé ses premiers jeux, comme moi, jusqu’à présent, on est donc dans la cohérence.

 

Qu’est-ce que le sport pour toi ?

Déjà, aujourd’hui, je vis un rêve de gosse, parce que, comme beaucoup, je rêvais de porter le maillot de l’équipe de France, de faire du haut niveau, et aujourd’hui j’ai la chance de vivre de ma passion. C’est une chance que j’ai, et après, le sport c’est une école de la vie, c’est de la liberté, c’est du plaisir. Après il n’y a pas que du plaisir, surtout quand on fait du 400m (rires). Mais c’est une passion et une belle école de la vie.

Et après, le sport c’est une école de la vie, c’est de la liberté, c’est du plaisir.

 

Paris ou Marseille ?

(Rires) Ahahah, je vais me faire taper là, mais je dirais Marseille.

 

La technologie pourquoi faire ?

Ça sers à faire évoluer les mentalités, faire évoluer l’accessibilité. Il faut l’utiliser dans le bon sens, même si j’ai conscience que malheureusement certaines technologies peuvent tomber entre de mauvaises mains. Mais il faut rester optimiste et positif.

La technologie, ça sers à faire évoluer les mentalités, faire évoluer l’accessibilité. Il faut l’utiliser dans le bon sens, même si j’ai conscience que malheureusement, certaines technologies peuvent tomber entre de mauvaises mains.

 

Si tu devais laisser un conseil pour les plus jeunes générations ?

Crois en tes rêves, il faut OSER ! Il ne faut pas écouter les personnes négatives, les gens qui te disent « ça n’est pas pour toi, ne fait pas ça… C’est pas la peine, tu pourras pas » ! Crois en tes rêves et donne toi surtout les moyens d’y arriver. 

Crois en tes rêves et donne toi surtout les moyens d’y arriver. 

 

 

Un petit mot pour ton binôme du jour (Jeffrey) ?

Courir à deux, c’est une connexion, il y a un moment d’osmose. C’est énormément de complicité, il faut de la complicité sur le plan sportif, mais il y a le relationnel qui compte beaucoup. S’il n’y a pas d’amitié qui s’installe, une relation fraternelle, ça ne peut pas fonctionner. Sur la piste on est là pour être des guerriers, des frères d’armes. Il faut qu’il y ait ce lien qui se créé.

 

Si comme nous, vous avez apprécié ce témoignage, n’hésitez pas à nous le faire savoir. Nous félicitions Timothée, qui, comme tous les sportifs de haut niveau, est capable d’aller au delà de ses limites, de se faire du mal dans un but d’accomplissement personnel et de perfectionnement.

 

#PANDATEAMLIKETHIS